ÉCONOMIE

Artisanat et commerce de proximité, les embauchent s’accélèrent

L’enquête emploi de l’Union des entreprises de proximité (U2P), menée en partenariat avec l’institut I + C-Xerfi, confirme une reprise de l’activité, ce premier semestre 2019, jumelée à une progression des embauches. Seul point noir : les difficultés de recrutement qui ne cessent de s’accroître.

Zakaria ANAGRA et B. L. - 28 septembre 2019
______

L’horizon s’éclaircit pour les entreprises de proximité et elles embauchent davantage. Selon le baromètre emploi annuel de l’U2P, qui regroupe les entreprises des secteurs de l’artisanat, du commerce de proximité et les professionnels libéraux, 18 % des entreprises ont engagé au moins une personne durant les six premiers mois de 2019, contre 16 % un an auparavant. En particulier, 35 % des structures opérant dans l’artisanat des travaux publics ont ainsi augmenté leurs effectifs, contre 24 % l’exercice précédent, 33 % de celles de l’hôtellerie-restauration, contre 25 % l’année dernière. À l’opposé, les enseignes de l’artisanat du bâtiment et des professions libérales de la santé ont accusé une baisse des embauches durant la même période. Le nombre moyen de salariés embauchés, par entreprise, progresse également, passant de 1,4 à 1,9. Autre signe favorable à l’emploi, durant ce premier semestre 2019, 23 % des entreprises avançaient une baisse ou une stagnation de leur activité, comme motif de leur décision de ne pas recruter, alors qu’elles étaient
26 % au semestre précédent.

LES INCERTITUDES PERSISTENT

Toutefois, si un dirigeant sur cinq anticipait, cet été, une activité plus soutenue pour ce troisième trimestre, les prévisions d’embauche restent stables (11 %), spécialement pour l’artisanat de l’alimentation avec 20 %, l’hôtellerie-restauration à 19 % et l’artisanat des travaux publics à 18 %. Traduction d’incertitudes qui demeurent, le recours aux contrats à durée indéterminée régresse. Ceux-ci représentaient 47 % du total des contrats d’embauche de janvier à juin 2019, contre 54 % pour l’année écoulée. Le contrat à durée déterminée renforce par la même occasion sa position, pour passer de 41 % à 45 % pendant les mêmes périodes. Les contrats en alternance représentaient, quant à eux, 8 % des embauches durant le semestre passé, contre 5 % en 2018.

DIFFICULTÉS PERSISTANTES POUR RECRUTER

Et les difficultés de recrutement s’accentuent. En effet, 30 % des entreprises ont dû y faire face au cours des six premiers mois de 2019, alors qu’elles n’étaient que 23 % sur la même période en 2018. Les secteurs les plus touchés sont l’artisanat des travaux publics et l’hôtellerie-restauration, avec la moitié des établissements impactés, suivis par ceux de l’artisanat de l’alimentation à 42 %, et de l’artisanat des services et de la fabrication à
38 %. Les principaux motifs invoqués par les entreprises sont les problèmes de qualification à 65 %, suivis par l’absence de candidature à 57 %. D’autres causes sont également citées à savoir le manque de motivation, la pénibilité ou encore les contraintes horaires ou géographiques.

In fine, pour Alain Griset, président de l’U2P, face aux difficultés de recrutement des petites entreprises, qui constituent un frein pour leur développement : « Il est crucial que les pouvoirs publics, les partenaires sociaux et Pôle emploi apportent rapidement une réponse ».

Zakaria ANAGRA et B. L.