TRIBUNE

Coliving : Se loger autrement

Facteur de lien social, le coliving qui mêle intimité, espaces communs et services, pourrait constituer une nouvelle étape dans le parcours résidentiel. Supplantera-t-il les offres de logements traditionnelles ? Éclairage.

N. B. - 3 septembre 2019
______

On connaissait le partage de bureau avec le coworking, voici l’avènement du partage du lieu de vie avec le coliving. Si le phénomène de la colocation fait rêver bien des étudiants, depuis plusieurs dizaines d’années, sur le mode du film « L’Auberge espagnole » de Cédric Klapisch, sorti en 2002, les attentes des millenials font encore évoluer le concept. Selon une étude publiée en juillet par le centre de recherche France du groupe américain d’investissement en entreprises CBRE, la génération née entre 1980 et 2000, qui représente déjà 50 % de la population active mondiale, serait majoritairement en quête d’une vie en communauté, tout en préservant un espace d’intimité. « Elle souhaite plus de flexibilité dans le parcours résidentiel, en réponse à un mode de vie plus évolutif. Plus attachée à la qualité de vie du quartier et aux services proposés qu’à la propriété, elle pourrait se diriger naturellement vers cette nouvelle offre », observe Pierre-Édouard Boudot, directeur recherche et prospective au CBRE.

FLEXIBILITÉ, PARTAGE, CONVIVIALITÉ

Le principe du coliving ? Un ensemble de logements conjuguant un espace privé (chambre avec salle de bain, kitchenette), en général meublé, et des espaces semi-privatifs comme le salon, une cuisine commune, une salle de sport ou une lingerie collective. Avec, en prime, un forfait intégrant ménage, entretien, connexion Internet et gestion de l’ensemble des services via une application dédiée à l’immeuble. Concrètement, la formule cherche encore ses repères entre un appartement de 200 m2, recalibré en cinq suites et un espace commun, en centre-ville de Bayonne (The Lime), une résidence de plusieurs centaines de chambres à Massy-Palaiseau (Ecla), en passant par un immeuble entier rue de la République à Marseille, mixant les usages avec du coworking et de la restauration (The Babel Community).

POUR TOUTES LES GÉNÉRATIONS

Si le coliving séduit déjà les étudiants en fin de formation, les jeunes actifs et les professionnels en mission de courte ou moyenne durée, il pourrait également conquérir les quinquagénaires qui se retrouvent seuls au départ de leurs enfants du domicile. Aussi, il n’est guère étonnant que le marché intéresse les promoteurs immobiliers, certains opérateurs de résidences étudiantes ou d’appart-hôtels, voire des plateformes de colocation. Les différents acteurs se penchent d’ailleurs déjà sur une nouvelle version dédiée aux jeunes familles qui offrirait alors des espaces communs récréatifs pour les enfants, des services pour les jeunes parents (garde d’enfants en soirée notamment)… Comme une étape supplémentaire du parcours résidentiel.